Catégories
Blog

Joyce Wrice veut vous faire danser

« Ma vie a beaucoup changé », note joyeusement Joyce Wrice. Depuis qu’elle a décroché une place sur la liste New Gen Spring 2021 d’Hypebeast, la sensation R&B de San Diego et basée à Los Angeles a fait de grands progrès grâce à la sortie de son premier album Trop développé l’année dernière.

De l’ouverture de Lucky Daye’s Bonbonstrip tournée pour être la voix derrière La fière famille jingle de redémarrage, mannequin pour la première fois à la Fashion Week de New York, se produisant dans des spectacles et festivals internationaux et, plus récemment, l’a abandonnée Motif EP, Wrice s’est fermement engagée sur la voie du succès.

Bien que les experts modernes aiment déplorer la prétendue « disparition » du R&B, Wrice ne leur prête aucune attention en insufflant une nouvelle vie au genre. Ses sons de la vieille école rappellent Aaliyah, Brandy, Mariah Carey et Missy Elliott, tandis que ses tours contemporains, l’accent mis sur son éducation en partie japonaise et son amour pour la musique de danse l’ont solidifiée en tant que star prometteuse.

Motif est à la fois un bref intermède et un aperçu de la tête de Wrice. « Je suis dans cet état d’esprit féminin divin, amusant, cultivé et séduisant en ce moment », affirme-t-elle fièrement. Des chansons comme « Spent » et « Pace Yourself » sont des rappels lyriques que Wrice connaît sa valeur, tandis que « Lookin for Ya » et « Bittersweet Goodbyes » l’entendent imposer la loi. Pour compléter l’EP de cinq titres, le hit « Iced Tea » aux côtés de KAYTRANADA.

Hypebeast a rencontré Wrice sur ce qui fait Motif était comme, comment elle veut faire danser les gens, et ce qui reste à venir.

Hypebeast : Il y a un regain d’énergie sur Motif ce qui le rend assez différent de votre premier album Trop développé. Selon vous, qu’est-ce qui les distingue ?

Joyce Wrice : Trop développé était plus réfléchie et personnelle. Je découvrais encore ma voix à l’époque et je ressentais les choses alors que Motif est plus affectueux, insouciant et amusant. Comme c’est un EP, j’ai pu être plus expérimental qu’avec un album un peu plus sérieux et thématique. A travers la création et la réalisation Trop développé, j’ai aussi appris que je voulais faire plus de musique de danse parce que j’aime faire des chorégraphies pour des performances en direct. Avec ces nouvelles révélations, j’ai pu être plus stratégique avec Motif.

Comment était-ce de travailler avec KAYTRANADA ? Comment avez-vous réussi à trouver le juste milieu dans vos deux processus créatifs ?

En fait, j’ai rencontré Kay avant de sortir Trop développé et je voulais vraiment que nous ayons un dossier complet [instead of an interlude] dessus, mais le timing n’a pas fonctionné. Juste après cela, je suis entré en studio et il m’a joué le rythme « Iced Tea » – que j’ai tout de suite adoré. J’ai fait équipe avec Mack Keane pour écrire le morceau et j’ai également eu la chance de faire la première partie de quelques concerts de Kay à la même époque. Depuis, je suis tombé amoureux de l’idée de faire plus de musique avec lui.

J’ai pu l’emmener pour quelques sessions supplémentaires et créer ce style de musique rythmé inspiré par « I’m a Slave 4 U » de Britney Spears, des Afrobeats, des sons de type Janet Jackson, Aaliyah et Missy Elliott. J’ai aussi travaillé avec des écrivains talentueux comme Miraa May, Hadar Adora, Anthony Watts et Trey Campbell. C’était un moment vraiment amusant.

Avec qui serait votre collaboration de rêve ?

J’adorerais travailler avec les Neptunes. Il y a aussi cet écrivain, Sean Garrett, avec qui j’aimerais vraiment travailler. Il a fait beaucoup de tubes des années 2000 et il a en fait travaillé sur certains des nouveaux albums de Summer Walker que j’ai vraiment aimés.

En ce qui concerne les autres artistes, je pense que des collaborations avec des stars d’Afrobeats comme Burna Boy ou Wizkid seraient tellement cool. Je peux entendre Tems être sur « Bittersweet Goodbyes ». Les artistes avec lesquels j’ai grandi en écoutant Brandy, Mariah Carey et Usher seraient aussi incroyables avec lesquels travailler.

« J’adore l’idée de collaboration et la façon dont les chansons peuvent être améliorées en faisant rebondir des idées. »

Vous avez mentionné beaucoup d’auteurs-compositeurs. Quelle est la plus grande leçon que vous ayez apprise en matière d’écriture de chansons ?

Que deux têtes valent mieux qu’une. J’aime l’idée de collaboration et la façon dont les chansons peuvent être améliorées en faisant rebondir des idées. En ce qui concerne ce qui m’a aidé avec ma créativité, je tire beaucoup de mes leçons de la façon dont les autres travaillent et je les utilise comme inspirations pour les sessions futures. Grâce à cela, je crois aussi qu’il faut trouver ce qui fonctionne le mieux pour moi et que la pratique rend parfait.

Il y a eu un tel accent sur le fait d’être en contact avec votre côté japonais. Comment le fait d’être en partie japonais a-t-il influencé votre musique ?

Je veux vraiment puiser davantage dans mon histoire et montrer en quoi mon identité est unique. Il est également important pour moi d’être représentatif de ma culture et de ma communauté, donc pouvoir intégrer cette intention dans ma musique m’a aidé à me connecter avec d’autres personnes qui sont japonaises, ou japonaises et noires, ou noires.

Je viens de donner quelques concerts au Japon et tant de gens étaient ravis d’entendre ce style de musique de quelqu’un qui parle la même langue et fait partie de leur culture. Cela m’apporte tellement de joie parce que je veux être une source d’encouragement pour les autres.

Y a-t-il des artistes japonais avec qui vous aimeriez travailler ?

Il y a un groupe appelé DAN qui a ouvert pour Mndsgn quand j’ai joué avec lui au Japon il y a quelques années. Parmi les autres artistes fous et talentueux, citons celui qui s’appelle Sirup et un rappeur nommé Awich. Je veux aussi faire des versions japonaises de chansons de Motifun peu comme la façon dont j’ai remixé mon single « That’s On You » de 2020.

En tant que personne qui a changé le paysage sonore du R&B, où voyez-vous le genre se diriger maintenant ?

J’ai l’impression que le genre a pris tellement de directions. On a aussi l’impression que beaucoup d’artistes ne veulent même pas être étiquetés ou que leur travail soit catégorisé. C’est juste de la musique. Donc, en ce qui concerne le R&B, je pense que ça va continuer à se dérouler dans n’importe quel style que les artistes en font. Vous savez, nous avons SZA qui le tue en faisant du R&B mais aussi ce que les gens veulent appeler du R&B alternatif. Le genre va aller dans la direction que tout le monde prend et j’ai l’impression que c’est extrêmement excitant.

Vous avez franchi pas mal de jalons cette année avec votre récent concert Tiny Desk et quelques spectacles internationaux. Qu’espérez-vous accomplir d’autre dans un avenir proche ?

Ce deuxième album à venir est une énorme priorité pour moi. En termes d’image encore plus grande, je veux jouer dans des stades et des arènes. Je veux faire des tournées mondiales. Je veux être numéro un dans les charts Billboard pendant des mois consécutifs. Je veux entrer dans la télévision et le cinéma depuis que je l’ai fait La fière famille jingle plus tôt cette année. J’aimerais aussi m’intéresser davantage à la mode.

La chose la plus importante pour moi est que je veux être le meilleur artiste, chanteur, auteur-compositeur et interprète que je puisse être. Il est important pour moi de faire tout ce qu’il faut pour y parvenir, donc ce sera toujours ma principale priorité.


Motive est désormais disponible en streaming sur Spotify et Apple Music.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *